La collaboration avec l’environnement… (urban education, 5)

Traduit du néerlandais: Onderwijs in Brussel is… urban education, samenwerking met de omgeving (5)

Un environnement riche

Les enfants et jeunes bruxellois grandissent dans une société de plus en plus complexe et variée. L’inégalité sociale, le multilinguisme, la diversité culturelle et la pauvreté font partie de leur cadre de vie et ont un impact sur leur vie. Ils ont donc besoin de nombreuses compétences pour façonner leur vie et leur environnement au sein de cette complexité. Développer ces compétences n’est pas évident et nécessite une approche coordonnée et sur mesure de la part de tous ceux qui sont en contact avec ces enfants et ces jeunes.

Nos élèves n’ont pas tous accès à une offre extrascolaire, à l’aide ou au soutien nécessaires. Nos élèves n’ont pas tous la possibilité d’explorer le monde. Cependant, un environnement urbain offre de multiples opportunités. Une caractéristique importante d’un contexte urbain est en effet la concentration d’une offre extrêmement variée des différents secteurs, avec un lien direct ou indirect avec l’éducation : écoles, crèches et garderies extrascolaires ; accompagnement des élèves , initiatives destinées à la jeunesse, sportives, culturelles et de loisir ; écoles élargies, réseaux de quartier ; associations ethnoculturelles et organisations de quartier ; services communaux ; initiatives de soutien en termes d’apprentissage et d’études ; associations de lutte contre la pauvreté et services de soutien à l’éducation ; centres communautaires et bibliothèques ; bien-être des jeunes et aide à la jeunesse ; etc. 

Cet environnement riche est composé de divers professionnels et bénévoles, qui travaillent chacun à partir de leurs propres vision, expertise et culture avec ces enfants et ces jeunes. Il faut par conséquent aussi investir énormément dans la coordination, les accords, etc. afin d’aboutir à une bonne collaboration. Ce n’est pas simple.

Bâtir des ponts

L’éducation urbaine implique donc aussi de bâtir des ponts. Les enseignants en milieu urbain doivent investir dans la connexion de la classe (au sein de l’école) avec le réseau plus vaste qui entoure l’enfant ou le jeune (en dehors de l’école) en fonction d’un développement large, intégral de la population d’élèves superdiversifiée. L’apprentissage large (actif, social et significatif) est nécessaire dans un contexte urbain pour pouvoir répondre aux grandes différences entre élèves et combler le fossé entre le cadre de vie des élèves superdiversifiés et l’enseignement.

Les Écoles Élargies, réseaux de quartier, initiatives Educare, Écoles pour ados, etc. sont des exemples de la manière dont cet environnement riche peut être réuni et dont l’apprentissage large peut être facilité.

Les enfants et les jeunes au centre

Mais il est possible d’aller encore plus loin ! La collaboration transformationnelle (Fukkinck, 2016) est la forme de collaboration la plus élaborée, tant en termes d’intensité que de pilotage.  Il n’est plus question d’une bonne collaboration à partir d’une mission partagée mais dans le cadre de ce type de collaboration, on développe une offre commune à partir d’une finalité commune, où l’enfant ou le jeune représente le seul point de départ :  

  • l’enseignement, l’éducation, le développement, loisir forment un tout et s’entremêlent ;
  • les enfants peuvent y apprendre et jouer, pendant et en dehors des heures d’école, et ont la possibilité de découvrir et de développer largement leurs talents ;
  • les accompagnateurs (enseignants, puéricultrices, enseignants ayant une formation sociale, éducateurs, bénévoles, etc.) forment une seule et même équipe ;
  • on travaille sur la base d’une ligne continue d’apprentissage et de développement pour les enfants de 0 à 12 ans, à partir d’une vision partagée par tous. 

À Bruxelles, nous voyons un certain nombre d’écoles et d’écoles élargies rechercher une telle collaboration transformationnelle.

En résumé, nous pouvons attendre des enseignants en milieu urbain qu’ils s’engagent activement en faveur de l’apprentissage large. Le cadre d’apprentissage devient véritablement efficace si celui-ci peut se faire à partir d’une collaboration structurelle et systématique avec d’autres partenaires et secteurs. Lorsqu’on mise sur l’apprentissage large à partir d’une finalité commune avec différents secteurs, nous avons alors atteint l’utopie !


Lire aussi:

Gepubliceerd door Piet Vervaecke

Directeur Onderwijscentrum Brussel

5 gedachten over “La collaboration avec l’environnement… (urban education, 5)

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s

%d bloggers liken dit: