L’enseignement bruxellois et les langues maternelles…

(traduit du néerlandais : Onderwijs in Brussel is… thuistalen in de leeromgeving ! à la demande de mes amis francophones)

Ce n’est pas mon premier article sur le multilinguisme et la place des langues dans l’éducation des enfants à Bruxelles (lire ici – en néerlandais). Le message principal était le suivant: évitez une approche «one size fits all»! La diversité linguistique des élèves nécessite une approche diversifiée.

Les langues font partie de la réalité quotidienne de chaque enfant bruxellois. La langue scolaire, le néerlandais ou le français, ne sont qu’une des nombreuses langues de l’environnement de celui-ci. Les écoles et les enseignants doivent donc réfléchir au développement de leur politique linguistique et de la manière dont ils peuvent utiliser la richesse linguistique des enfants dans l’environnement d’apprentissage.

En premier lieu, il est important de renforcer les compétences linguistiques en néerlandais (enseignement néerlandophone) ou en français (enseignement francophone) de tous les élèves grâce à un enseignement linguistique efficace. Une approche bien réfléchie concernant l’apprentissage des langues, y compris la langue parlée à la maison, devrait faire partie de cette politique linguistique à l’école.

Dans diverses publications (voir ci-dessous), les éléments suivants sont souvent mis en avant pour utiliser des langues autres que le néerlandais ou le français dans l’environnement d’apprentissage:

  1. soutenir et stimuler une éducation multilingue: L’élève débutant est souvent déjà en train d’acquérir une ou plusieurs langues à la maison, autre que le français ou le néerlandais. Il est important que l’école reconnaisse, encourage et même utilise ces langues maternelles (voir point 3)! En tant qu’école, il serait totalement erroné d’arrêter ce processus de développement en cours.
  2. soutenir le développement socio-affectif et identitaire: L’une des caractéristiques les plus importantes de l’enseignant est sa capacité à se connecter avec ses élèves. Connecter signifie connaître et reconnaître l’élève dans son individualité, avec sa culture et sa langue d’origine. Connecter, c’est créer un environnement de classe où chaque élève se sent bien, où il y a de la place pour les talents, être différent, être soi-même avec sa propre langue et sa propre culture.
  3. levier d’apprentissage: Pour de nombreux élèves à Bruxelles, le néerlandais ou le français ne sont pas les langues parlées à la maison. Ces langues nécessitent donc une attention particulière dans l’apprentissage. Mais l’enfant apporte à l’école de nombreuses connaissances et compétences acquises dans une langue autre que la langue d’instruction. Quel bonheur! Les connaissances et les compétences acquises dans la langue parlée à la maison peuvent constituer un outil puissant pour apprendre la nouvelle langue, le néerlandais ou le français.
  4. l’éveil aux langues: Le cadre de vie de l’élève bruxellois est toujours multilingue! Son futur environnement sera également multilingue! Le développement des connaissances, des attitudes et des compétences en matière de langue et de diversité linguistique, est une compétence de base pour chaque citoyen! L’éveil aux langues aide les élèves à réfléchir à la diversité linguistique et développe des compétences métalinguistiques. Soutenir et stimuler le développement multilingue de l’enfant exige de l’enseignant une connaissance et une expertise du développement multilingue, de l’utilisation fonctionnelle des langues parlées à la maison, des aspects métalinguistiques, du statut des langues, de l’influence des facteurs environnementaux,…  Les enseignants devraient avoir la possibilité de se professionnaliser dans ces matières.

Un enseignant à Bruxelles est compétent pour enseigner le néerlandais et/ou le français de qualité, avec cependant une ouverture et un certain respect pour les langues parlées à la maison.

Sources en néerlandais:

  • Kris Van den Branden. Handboek taalbeleid basisonderwijs/secundair onderwijs. Acco
  • Ayse Isçi & Sara Gielen. Meertaligheid, een troef. Abimo
  • Mieke Devlieger, Carolien Frijns, Sven Sierens, Koen Van Gorp. Is dit taal van ver of van hier? Acco
  • …én heel wat meer info op deze website: http://www.meertaligheid.be/

meertaligheid

 

 

 

 

Over Piet Vervaecke

Directeur Onderwijscentrum Brussel
Dit bericht werd geplaatst in education en getagged met , . Maak dit favoriet permalink.

Een reactie op L’enseignement bruxellois et les langues maternelles…

  1. Pingback: L’enseignement bruxellois et le multilinguisme… | Onderwijs in Brussel is…

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s