Le multilinguisme, un ministre et une note stratégique (urban education, 6)

Traduit du néerlandais: Onderwijs in Brussel is… urban education: meertaligheid, een minister en een beleidsnota (6)

Au sujet du multilinguisme dans un environnement bruxellois multilingue…

J’ai déjà beaucoup écrit sur le multilinguisme et l’enseignement en milieu urbain (voir ici). Aujourd’hui, je voudrais me concentrer sur la Note d’orientation 2019-2024 Promotion du Multilinguisme du ministre en charge de la « promotion du multilinguisme » à Bruxelles, Sven Gatz. 

Note stratégique

Dans une note stratégique, les points d’action sont importants, mais cette note a surtout le mérite d’ouvrir le débat, d’informer et d’inspirer.

Dans l’analyse environnementale, Bruxelles est décrite d’une part sur la base de son histoire multilingue traditionnelle (français, néerlandais) et d’autre part sur la base de son évolution vers une société multilingue, urbaine et internationale (migration, institutions internationales, etc.). Cette réalité exige et a droit à une politique bruxelloise multilingue, car la diversité linguistique représente un élément essentiel de l’identité des Bruxellois, veille à une mobilité et une cohésion sociales et économiques, etc. Il est donc important que – outre un bon développement de la langue parlée au domicile – les Bruxellois puissent également utiliser le néerlandais, le français et l’anglais.

La note stratégique considère que l’enseignement a un rôle important à jouer en renforçant les initiatives existantes et en stimulant les partenariats entre les communautés linguistiques. Les entreprises et la société civile peuvent également jouer un rôle important à l’égard des compétences linguistiques de leurs collaborateurs. La culture, la jeunesse, le sport, le bien-être et les soins doivent constituer un levier pour continuer à stimuler et à soutenir le multilinguisme chez les Bruxellois.

La note vise à représenter Bruxelles en tant que région multilingue, « un laboratoire et une pionnière sur le plan du multilinguisme ».

…et enseignement en milieu urbain

Les enseignants en milieu urbain à Bruxelles sont confrontés quotidiennement à cette réalité multilingue : la diversité linguistique de la population d’élèves, les langues de l’environnement, la langue différente parlée par les parents, etc.

Les équipes scolaires doivent, d’une part, réfléchir à la manière dont elles gèrent cette réalité multilingue et même l’utilisent. D’autre part, les écoles doivent aussi s’atteler au développement de différentes langues auprès de leurs élèves (langue scolaire et les langues étrangères).

Faire face à la réalité multilingue

Il est important que les enseignants en milieu urbain développent une réflexion multilingue et un regard multilingue. Vous ne pouvez pas aborder des élèves multilingues comme s’ils ne parlaient qu’une seule langue.  Un principe didactique essentiel consiste à « activer et utiliser les connaissances préalables de l’élève ». L’activation et/ou l’utilisation des connaissances préalables linguistiques (multilingues) de l’élève doivent donc aussi faire partie d’une approche pédagogique bruxelloise.   

Cela signifie…

  • …que les enseignants en milieu urbain doivent acquérir des connaissances et une compréhension en termes d’acquisition d’une langue et de développement linguistique multilingue chez les enfants et les jeunes ;
  • …que les enseignants en milieu urbain doivent utiliser de manière stratégique et intégrée les ressources linguistiques (dont la langue parlée au domicile, la conscience métalinguistique) des élèves multilingues (apprentissage multilingue fonctionnel) ;
  • …que les enseignants en milieu urbain doivent développer des connaissances, des attitudes et des aptitudes chez les élèves et chez eux-mêmes en termes de gestion de la langue et de la diversité linguistique (sensibilisation linguistique, l’éveil aux langues).

Acquérir plusieurs langues

De plus, l’enseignement a aussi pour mission d’« enseigner » plusieurs langues aux élèves, l’enseignement des langues étrangères. Ici aussi, une politique sur plusieurs axes est nécessaire dans un contexte urbain. La situation linguistique complexe et variée de nos élèves bruxellois exige une approche différente qui doit être concrétisée dans une politique linguistique locale de l’école. Il n’existe pas de modèle unique fonctionnant dans toutes les écoles et tous les contextes. Si l’objectif est que « tous les enfants bruxellois maîtrisent au moins le français, le néerlandais et l’anglais à l’âge de 18 ans » (Note de politique Gatz, 2019), une combinaison de formes d’enseignement bilingue et multilingue, d’enseignement en immersion, de soutien de la langue maternelle, d’enseignement de solides compétences linguistiques, de formes d’enseignement linguistique précoce et tardif, d’enseignement professionnel axé sur la langue, de stimulation linguistique en dehors des heures d’école et des murs de l’école, etc. sera alors nécessaire.

Lisez ici la « Note d’orientation 2019-2024 Promotion du Multilinguisme » dans son intégralité :

Lire aussi:

Gepubliceerd door Piet Vervaecke

Directeur Onderwijscentrum Brussel

5 gedachten over “Le multilinguisme, un ministre et une note stratégique (urban education, 6)

Geef een reactie

Vul je gegevens in of klik op een icoon om in te loggen.

WordPress.com logo

Je reageert onder je WordPress.com account. Log uit /  Bijwerken )

Google photo

Je reageert onder je Google account. Log uit /  Bijwerken )

Twitter-afbeelding

Je reageert onder je Twitter account. Log uit /  Bijwerken )

Facebook foto

Je reageert onder je Facebook account. Log uit /  Bijwerken )

Verbinden met %s

%d bloggers liken dit: